Retour de lecture pour : Indulgences, J.-P. Bours

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Jean-Pierre Bours est né le 11 juin 1945 à Liège, en Belgique. Il est avocat et a enseigné le droit fiscal à l’université de Liège et à l’Ecole des Hautes Etudes commerciales.
Féru de littérature, il est l’auteur, dès 1975, d’une anthologie de nouvelles fantastiques russes (Marabout) et, en 1994, d’une anthologie de récits, policiers ou fantastiques, mettant en scène des magistrats (Fleuve noir).
Il est l’auteur d’un recueil de nouvelles couronné en 1977 par le prix Jean Ray, sous le titre « Celui qui pourrissait » (Marabout), réédité en 2012 par l’Arbre vengeur.
Se fondant sur sa parfaite connaissance du milieu judiciaire, il écrit en 1996 un roman policier, édité par Quorum, sous le titre « La Nuit du jugement », qui a souffert malheureusement de la mise en liquidation de son éditeur peu après. Il y imagine Liège en proie à la terreur, abritant en son sein un émule de Jack l’Éventreur sévissant la nuit.

4e de couv : Saint Empire germanique, 1500.
« Sorcière ! Sorcière ! » Par une nuit sans lune, son enfant sous le bras, une femme tâche d’échapper à ses poursuivants, avant d’abandonner son doux fardeau sur le parvis d’une église…
Quinze ans plus tard, c’est une belle jeune femme du même âge qui grandit dans un monde en pleine métamorphose. Si les lumières de la Renaissance dardent leurs premiers feux, la peste, la guerre et la superstition étendent toujours leurs ombres sur le destin de Gretchen. Et sa quête d’identité va la jeter sur des routes semées d’embûches.
Pendant ce temps, le diable veille…

Retour de lecture : Ce roman témoigne réellement de la passion de l’auteur pour l’Empire germanique du moyen-âge, pendant toute la lecture de cette oeuvre, j’ai été impressionnée par le travail de recherche de l’auteur qui nous plonge avec réalisme dans un décor en mutation qui hésite encore entre le passé et l’innovation. Ne serait-ce donc que pour l’atmosphère, le décor, l’approche réaliste des lieux et des évènements, je trouve que ce roman est à lire.
L’histoire ensuite nous est présentée par le biais de deux héroïnes, nous suivons leur histoire au rythme alterné d’un chapitre sur deux. Cela donne une haleine et un dynamisme appréciable à l’ouvrage qui se lit donc plutôt rapidement. Il y a par moment des essoufflements mais l’on peut se demander si ce n’est pas une volonté de l’auteur pour donner plus de réalisme à certains passages et pour résonner avec l’ambiance lourde et trainante de certaines expériences vécues par les protagonistes. Dans cette première partie, l’on assiste à la formation des deux femmes que l’on va suivre tout au long du livre, on les voit se construire l’une dans l’épreuve, l’autre en grandissant et en découvrant la vie.
Ce sont deux femmes de caractères qui sont mises en scène et c’est appréciable de voir des femmes fortes, déterminées, intelligentes et insoumises surtout dans une époque où la norme est d’être à l’opposé. Elles sont d’autant plus attachantes qu’elles ont de la profondeur et qu’on s’identifie à elles aisément.
A peu près à la moitié de l’ouvrage, il y a un changement de décor important pour le personnage de Gretchen et je trouve qu’on y perd en profondeur, autant l’accélération de la narration convient parfaitement au changement de décor autant je regrette profondément que les nuances et la consistance du personnage s’effacent, je me suis surprise à poser le livre bien plus souvent…
Je regrette également un peu la fin qui se termine un peu rapidement, là également il y a un manque de profondeur au niveau des émotions et des personnages au profit de la rapidité de narration, il y aurait pourtant eu largement matière à creuser. Ceci dit cette précipitation reste cohérente avec l’effervescence ambiante de la ville et de la politique du moment.

A priori, ce livre est le premier d’une série et je serai ravie de lire la suite, je l’ai vraiment bien apprécié, mon seul bémol est donc pour cette fin trop rapide et trop survolée. Malgré ce bémol, je recommande ce roman notamment aux personnes qui aiment la thématique de la chasse aux sorcières et du moyen-âge. Certains passages sont très durs et crus, ils peuvent déplaire, néanmoins, ils s’intègrent parfaitement à la période et aux sujets traités et ne sont, à mon sens, pas une volonté malsaine d’en rajouter gratuitement.
Je salue encore une fois le travaille de recherche de l’auteur qui mérite vraiment qu’on s’y attarde.
Ma note finale pour ce roman est de 16/20

En vente ici