Retour de lecture pour : Merry Genty, le baiser des ombres, Laurell K. Hamilton

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Laurell K. Hamilton est née le 19 février 1963 dans une petite ville de l’Arkansas (Etats-Unis). Après des études d’anglais et de biologie, elle se tourne vers l’écriture. Elle est devenue la reine incontestée de l’urban fantasy. Ses deux séries phares, Anita Blake chez Bragelonne et Merry Gentry chez J’ai lu, mélange de sensualité et de fantastique, sont des best-sellers mondiaux.

4e de couv : Il y a plein de gamines qui rêvent de devenir un jour princesse chez les fées mais, croyez-moi, c’est complètement surfait ! A l’Agence de détectives Grey, personne ne sait que je suis la Princesse Meredith NicEssus. Cela veut dire que j’ai réussi à cacher ma véritable identité à une tripotée des meilleurs médiums de la ville. Une belle prouesse. Mais mon glamour ne nie rend pas immortelle. Et puisque mon cousin veut ma mort, il vaut mieux que je me planque. Le fait que le jeu « Cherchez la Princesse » soit devenu plus célèbre que « Cherchez Elvis » m’a facilité les choses, c’est évident : La Princesse Meredith dansant à Paris, flambant à Las Vegas… Après trois ans, je fais toujours la une de la presse à scandale. Cela dit, à en croire les derniers gros titres, je suis aussi morte que le King.

Retour de lecture : Je vais commencer par vous dire pourquoi j’ai choisi ce livre, j’ai lu la saga des Anita Blake que j’ai adoré jusqu’à ce que les tomes se résument à de vulgaires partouses entrecoupées d’un peu de sang… On va dire que jusqu’au tome 9, on garde une saga vraiment très inspirée niveau intrigues. J’y avais apprécié l’univers et l’écriture de l’auteur et j’ai eu envie de jeter un oeil à cette saga-ci, un peu dans l’espoir de retrouver les éléments que j’avais apprécié au moins pendant les 9 premiers tomes des Anita Blake

Hélas je n’avais vu à au moment de choisir ma lecture que Merry Gentry a débuté exactement après le 9e romans de la saga Anita Blake… En quoi c’est important ? Et bien on a un roman sexo-centré qui reprend exactement les mêmes éléments des Anita au moment où elle perd de son intérêt : une superbe femme qui ne connait pas sa beauté, un peu naïve, de petite taille, qui fini par se retrouver entourée d’une pléïades de mâles beaux à se damner, prêts à mourir pour elle, elle se devient une femme de pouvoir, manie les armes et partage sa vie entre violence dans ses enquêtes policières et sexe teinté de masochisme. Voilà qui résume les deux sagas…
Il est certain que l’on est souvent très déçu à partir du moment où l’on a des attentes… mais je n’avais pas encore eu l’occasion de trouver un tel copié-collé de trame pour des sagas du même auteur, il fallait oser… la seule chose qui change ce sont les pouvoirs… un peu, le domaine fantastique, les noms et quelques détails… mais le reste est absolument interchangeable entre les deux sagas… Reste l’écriture d’Hamilton qui, sans être de la grande littérature, a un rythme très agréable qui fait que l’on s’ennuie rarement, une bonne psychologie des personnages qui fait que l’on s’attache à eux mais, hélas, c’est bien le seul élément sympathique dans ce Merry Gentry… Je ne peux même pas dire que j’ai retrouvé le plaisir des 9 premiers Anita Blake puisqu’on sent bien que ce roman a été écrit au moment où justement la première saga commençait à perdre de son intérêt par excès de partouses, pertes de rythme, manque d’action, répétitions sur l’historique des personnages, etc…

Comme toujours, j’évite d’être trop dure car la critique est facile etc. mais là, vraiment, à part vendre à tout prix et surfer sur la vague de ce qui a déjà marché, je ne vois aucun intérêt d’avoir fait cette saga… Je n’ai pas envie de lire la suite, m’étant forcée à lire les Anita Blake jusqu’au tome 23 (qui a sonné le glas de mon intérêt), je ne souhaite pas m’imposer sa saga jumelle et je me contenterais de relire de temps en temps les 9 premiers Anita si l’envie m’en prends…
Hors notation

En vente ici