Retour de lecture pour : Le démon des morts, Graham Masterton

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Graham Masterton, né à Edimbourg en 1946, est l’un des auteurs d’horreur les plus renommés et les plus populaires au monde, privilège qu’il partage avec Stephen King et Dean Koontz. Auteur de plus de trente-cinq romans d’horreur, mais aussi policier, jeunesse… ainsi que de manuels d’érotisme vendus à trois millions d’exemplaires (il a été rédacteur en chef de Penthouse), il a commencé sa carrière en 1976 avec Manitou, best-seller immédiat qui fut adapté au cinéma avec Tony Curtis et a connu deux suites et une nouvelle.

4e de couv : Un petit village paisible au bord de la mer, non loin de Salem, la ville des sorcières. La femme de John Trenton a trouvé la mort dans un accident de voiture. Un mois plus tard, des phénomènes étranges commençent à se produire, la nuit. John croit voir sa femme… ou son fantôme. Hallucinations causées par le chagrin… ou réalité encore plus terrifiante ?
L’explication se trouve peut-être dans un bateau, le « David Dark », qui a sombré au large de Salem, trois siècle plus tôt. Que transportait donc ce bateau d’où semble provenir une influence maléfique ?

Retour de lecture : Mon premier Masterton a été Magie Vaudou, un livre que j’ai adoré et dévoré en très peu de temps. J’ai retrouvé ici ce que j’avais aimé dans ce premier livre, cette ambiance captivante tout autant qu’inquiétante, celle qui fait que dès qu’un bruit se produit chez vous, vous sursautez… L’écriture est fluide, imagée et le rythme très bien maîtrisé sachant tantôt nous essouffler, tantôt nous pétrifier sur place.

Le Démon des Morts est un très bon livre de terreur… La première partie du livre est angoissante à souhait. Masterton sait nous donner des frissons, c’est indéniable… la deuxième partie se transforme peu à peu en enquête paranormale et pour finir, tout se met en place avec génie dans ce puzzle occulte.
Les personnages sont attachants mais ce ne sont pas forcément les protagonistes principaux les plus sympathiques ou ceux à qui l’ont portent de l’intérêt, certains auraient mérité d’être traités plus en profondeur à l’instar de Quamus, personnage aussi haut en couleurs qu’en mystères.

Au final, ce que j’ai aimé le plus dans ce livre c’est le fait d’utiliser un lieu, Salem, qui est déjà chargé d’une histoire et d’un imaginaire collectif pour mieux le revisiter et en donner une autre interprétation que celle connue… C’est audacieux et cela fonctionne très bien.
Le seul bémol, c’est la fin, traitée bien trop rapidement à mon goût… comme si le principal avait été de se faire peur puis de se questionner et que le jeu n’était plus très amusant une fois l’intrigue résolue.
Reste que l’on passe un très bon moment avec ce livre qui nous pose insidieusement une question très pertinente, et si l’on pouvait faire revenir nos proches décédés, irions-nous jusqu’à pactiser avec le démon ?

Ma note finale est 15/20

En vente ici