Retour de lecture pour : La Malédiction des Pharaons, Tom Holland

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Tom Holland est un écrivain britannique né en 1968.  Il a écrit plusieurs romans, fixés à différentes périodes de l’histoire, allant de l’Égypte ancienne à 1880 à Londres. Il est également l’auteur d’ouvrages historiques. Il a été le gagnant du prix 2007 Classical Association, attribué à « la personne qui a le plus fait pour promouvoir l’étude de la langue, la littérature et la civilisation de la Grèce antique et de Rome ». Il est membre du comité de la Société des auteurs et l’Association classique. Il vit actuellement à Londres . (source wikipedia)

4e de couv : Au début du siècle dernier, en 1922, Howard Carter, le célèbre archéologue, est en Egypte. Il s’interroge sur l’identité des occupants de telle ou telle tombe, et trouve un bien étrange manuscrit à l’intérieur duquel sont racontées plusieurs histoires.
Celles-ci, imbriquées les unes dans les autres, laissent clairement entendre que les pharaons descendent d’une race d’extraterrestres immortels qui doivent leur longévité hors du commun à la consommation de sang humain…
Carter, qui veut absolument en savoir plus, demande alors à son mécène anglais, lord Carnarvon, de venir le rejoindre afin qu’ils aillent ensemble ouvrir la tombe d’un certain Toutankhamon…
Dans la lignée des romans de Anne Rice, une histoire qui mêle roman fantastique, merveilleux et érudition.

Retour de lecture : Quand j’ai commencé ce roman, j’étais impatiente, tout m’appelait en lui : la thématique, le mélange histoire, légendes, surnaturel… Et puis, mon enthousiasme est retombé comme un soufflé tant les cent premières pages sont lentes mais lentes… ça peine à démarrer, à installer l’histoire… Pour dire, entre temps, j’ai commencé et terminé un autre livre… Et au-delà de ces cent premières pages, le géni se met en place, on ne lâche plus le livre, il est bien rare de pouvoir s’extasier sur la structure d’un roman et bien je pourrais dire que je l’ai fait…
L’auteur manie à merveille la mise en abîme, couche après couche, légendes après légendes, ils nous fait descendre différents niveaux de récits, de temporalité avec une maîtrise incontestable, de celle dont vous ne souhaitez plus lâcher le livre avant d’avoir lu la suite… 300 pages à ne plus lâcher le livre… conte après conte, l’auteur nous embarque dans un mystère baigné de fantastique, de terreur, de croyances, avec des personnages se débattant à grand peine dans le destin que l’héritage a façonné pour eux, levant parcimonieusement voile après voile et tenant le lecteur en haleine…

Et je vous assure qu’avec un degré de mise en abîme tel que celui de ce roman, il vaut mieux que les histoires se tiennent et soient cohérentes… C’est audacieux, ambitieux, et ça fonctionne du tonnerre, quel travail de documentation sous-jacent !
Quelle ambition de nous proposer une histoire pareille… Si vous aimez les mythes de l’Egypte antique, le mysticisme, les légendes populaires et les ombres la nuit vous adorerez ce roman comme je l’ai adoré…
Ca vaut vraiment l’effort de passer les cent premières pages pour se laisser entraîner dans cet univers fantastiquement hypnotique de la malédiction des pharaons.
Le must étant la note de fin qui présente la réalité connue des personnes dont l’auteur s’est inspiré.

Ma note finale est 18/20, je m’incline bien bas devant tant de maîtrise…

En vente ici