Retour de lecture pour : Manitou, Graham Masterton

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Graham Masterton, né à Edimbourg en 1946, est l’un des auteurs d’horreur les plus renommés et les plus populaires au monde, privilège qu’il partage avec Stephen King et Dean Koontz. Auteur de plus de trente-cinq romans d’horreur, mais aussi policier, jeunesse… ainsi que de manuels d’érotisme vendus à trois millions d’exemplaires (il a été rédacteur en chef de Penthouse), il a commencé sa carrière en 1976 avec Manitou, best-seller immédiat qui fut adapté au cinéma avec Tony Curtis et a connu deux suites et une nouvelle.

4e de couv : Chaque nuit, Karen faisait d’épouvantables cauchemars. Chaque matin, la tumeur qui déformait son cou était un peu plus grosse. Une tumeur inopérable qui laissait les médecins perplexes et qui bougeait imperceptiblement, comme s’il y avait eu quelque chose de vivant sous la peau… Une édition anniversaire pour fêter les 25 ans de la première parution de l’ouvrage où l’on découvre les deux fins imaginées par Masterton. Préface inédite de l’auteur. <BR>Le premier roman de Graham Masterton, un coup d’essai qui est déjà un coup de maître, et une date dans l’histoire de la littérature de terreur.

Retour de lecture : Je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire Manitou, le croyez-vous ? Et bien c’est fait et j’en suis ravie. Je peux dire qu’il a répondu à mes attentes tant au niveau du genre que de l’histoire en elle-même.

Je me rends compte que je n’ai pas tant de choses à dire que ça sur ce livre, j’ai passé un très bon moment à le lire, le mélange passé/présent et le schisme tradition/modernité fonctionne très bien et rend l’histoire captivante.

Le seul bémol que je pourrais avoir ce sont certaines répétitions, des cassures dans le rythme qui font retomber le soufflé si je puis dire…

Les protagonistes sont finalement peu creusés, nous les découvrons miette par miette au fil de l’histoire, ce qui renforce la cohérence de l’histoire et la crédibilité des personnages… On sent que d’ores et déjà si nous voulons mieux les connaître, en apprendre plus sur eux, il faudra lire la suite… J’ai particulièrement apprécié le vieux médecin fatigué, désemparé qui s’en remet à un autre chose faute de pouvoir aider sa patiente, c’est finalement et contre toute attente, le personnage qui se dévoile le plus dans ce tome en dehors du grand méchant Misquamacus. Harry et Singing Rock sont également prometteurs mais au final nous n’en savons que bien peu sur eux…

Dans la construction du roman, le début est absolument captivant et la fin est brillante, finalement c’est le combat contre Misquamacus en lui-même qui a du mal à se développer de façon plus fluide, l’histoire se tient pourtant mais les cassures dans le rythme m’ont fait prendre davantage de distance par rapport au récit.

Nul doute cependant que j’ai très envie de découvrir la suite et que je le recommande chaudement à tous les retardataires qui n’ont pas encore pris le temps de le découvrir.

Ma note finale pour ce tome est de 13/20

Retour de lecture du tome 2 ici

Retour de lecture du tome 3 ici

En vente ici