Retour de lecture pour : Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise. Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle a rencontré un succès phénoménal avec le Mec de la tombe d’à côté, vendu à plus de 450 000 exemplaires dans un pays de 9 millions d’habitants, et traduit depuis en de nombreuses langues.
Aux éditions Gaïa, elle a publié Le Mec de la tombe d’à côté (2006 ; Babel n° 951), Les Larmes de Tarzan (2007 ; Babel n° 986), Entre Dieu et moi, c’est fini (2007 ; Babel n° 1050), Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini (2008 ; Babel n° 1064 à paraître en juin 2011), La fin n’est que le début (2009 ; Babel à paraître automne 2011) et Le Caveau de famille (2011).

4e de couv : Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’œil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante. C’est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d’amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures.

Retour de lecture : Mon dieu qu’il est drôle ce roman, drôlement grave, drôlement léger, drôlement réaliste, drôlement humain. J’ai vraiment ri de bon cœur devant tant de vérité toute crue, toute paradoxale, cette magie de l’humain qui vit tout à la fois le pire et le meilleur de la vie…
Mais il est triste aussi, l’approche du deuil est présenté avec tant de vérité, ceux qui l’auront vécu se trouvant seul après ne pourront qu’entendre l’écho de ce qu’ils ont pu vivre… Le vide puis cette volonté farouche de reprendre ses droits sur la vie en voulant des enfants… une famille…
Quant au choc des cultures, c’est tellement présenté avec tant d’humanité dans les incompréhensions, dans les attentes… les faux pas sous prétexte de se protéger, les fossés qui se creusent…
La structure est en deux voix alternées qui permet une analyse différente de la même situation, la plume est légère et pleine d’humour… Ce livre se croque d’une bouchée savoureusement délicieuse et légère au cœur croquant et profond. Un vrai coup de cœur pour ce roman humaniste, j’ai hâte de lire la suite.
Ma note, pour ce roman que je vous recommande chaudement, est de 17/20.

En vente ici