Retour de lecture pour : Le violon, Anne Rice

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur : Née en 1941 à La Nouvelle-Orléans, Anne Rice commence à écrire au milieu des années 70 ce qu’elle pense être  » une courte nouvelle sur le thème du vampirisme « . Le premier volume des Chroniques des vampires, Entretien avec un vampire, deviendra un livre culte, adapté au cinéma par Neil Jordan en 1994 avec Tom Cruise, Brad Pitt et Kirsten Dunst. Reine du fantastique moderne, qu’elle a révolutionné en lui apportant sensualité et démesure, mais aussi de l’érotique avec sa saga des Infortunes de la Belle au bois dormant, tous ses livres figurent dans les meilleures ventes.
Son site www.annerice.com

4e de couv : C’est en veillant le corps de son mari que Triana l’a entendue pour la première fois. Cette musique d’une incroyable beauté, jouée par un étrange violoniste qui, jour après jour, revient la hanter. Si ses proches croient qu’elle sombre dans la folie, Triana, elle, a accepté la réalité de ce fantôme au Stradivarius avec qui elle dialogue. Mais qui est donc cet aristocrate russe du siècle dernier, élève de Beethoven et ami de Paganini? Un démon qui nourrit sa musique de la souffrance et de l’angoisse des autres? Ou une âme errante, elle-même ensorcelée par un violon maléfique?

Retour de lecture : Pour commencer, je dois dire qu’il s’agit là de mon premier Anne Rice que, je n’ai jamais eu l’occasion de lire jusqu’à maintenant, et, comme je ne fais rien comme tout le monde, c’est par celui-ci que j’ai eu envie de commencer.

J’ai lu le prologue qui dit qu’il est inutile de connaître les morceaux mentionnés pour profiter de la lecture mais je me suis piquée au jeu de faire une lecture non conventionnelle en mettant les morceaux de musiques idoines pour le lire, par curiosité, pour voir ce que ça apportait comme dimension supplémentaire au roman et je ne le regrette pas, il y a un réel plus à se plonger totalement dans l’univers et se laisser porter par les notes tout autant que par les mots dans ce dialogue intime qu’ils entretiennent, après tous les mots sont de la musique à leur manière tout autant que la musique nous raconte des histoires aussi bien que le verbe…

Le début m’a énormément marqué, ce deuil, la façon dont il est raconté, cet état de semi conscience qu’occasionne le choc du départ de l’être cher, je l’ai trouvé tellement réaliste que j’ai dû poser le livre pour me recentrer ayant vécu cela, j’ai trouvé ce début de roman extrêmement fort certainement encore plus pour qui a déjà vécu un deuil difficile.

La suite n’est pas négligeable, on assiste à un balai avec la mort dans un chaos de souffrance, de regrets et de culpabilité propre aux deuils les plus difficiles. Cette danse langoureuse avec la mort que l’on appelle et rejette à la fois est superbement peinte dans ce roman au travers de la relation entre Triana et Stefan. Ce récit, selon moi, n’a rien de terrifique, il est un roman exutoire, un exorcisme du deuil, un bannissement du chagrin, un choix entre vivre et mourir.

Ce roman est un hurlement libératoire, une intime invitation à visiter les méandres émotionnels et psychologiques du choc de départ en passant par toutes les étapes menant à la guérison. Je peux aisément imaginer que cela ne plaise pas à certaines personnes, il faut avoir connu le deuil et avoir pu en guérir pour entendre l’écho et être capable de l’embrasser, il faut pouvoir ouvrir la porte sur sa propre obscurité, l’avoir traversée, acceptée et avoir rejoint la lumière pour percevoir l’essence de ce roman qui pour le coût est un réel coup de coeur pour moi…

Comme je le précisais en début de retour, je ne connaissais pas Anne Rice, c’est un premier rendez-vous concluant, elle a l’art du verbe, de la mélodie des mots, de la nudité de l’émotion, la souffrance est sublimée par des personnages complexes, écorchés vifs, résilients, ses descriptions sont des labyrinthes où l’on se perd pour mieux trouver la substance du roman…
Je suis tombée sur une pépite à n’en pas douter, j’espère trouver autant de richesse dans ses autres créations…

Ma note est un Coups de coeur

En vente ici