Retour sur La forme de l’eau

Titre original :  The shape of water

Plus d’informations : Un film de Guillermo Del Toro sorti le 21/02/2018. C’est un film fantastique à l’image surannée et au ton poétique. La fiche allociné ici.

Synopsis : Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Retour : Je ne ferai que rarement des retours sur des films américains, je préfère faire découvrir des oeuvres méconnues mais j’avais envie de m’exprimer concernant ce film, vu le barouf que l’on fait autour.
Commençons par l’image, car s’il est bien une chose que l’on ne peut pas reprocher au film, c’est son esthétique visuelle, les couleurs surannées sont sublimes et poétisent l’image, ce ton d’époque nous plonge dans une ambiance et ajoute un indéniable charme au film, de ce point vu c’est une réussite absolue tout comme Crimson Peak ou Le labyrinthe de Pan.
La bande son est très plaisante, agréablement aquatique, subtilement harmonisée aux couleurs.
Le jeu des acteurs est convaincant, nous avons, il faut dire, une belle brochette de comédiens de talent, Octavia Spencer et Richard Jenkins jouent toujours avec une exactitude folle. Sally Hawkins endosse également parfaitement le premier rôle seulement voilà c’est son rôle qui pêche…
Le début était fort prometteur mettant l’accent sur le plaisir enfantin des sens du personnage d’Elisa, coincée dans son silence et sa routine, elle exulte la vie dans une sensualité pregnante mais que devient-elle par la suite ?
On perd en cours de route en profondeur des personnages… présentés prometteurs, complexes, d’un coup ils deviennent lisses et le tout se superficialise…
Pour un film qui dure 2h, je ne comprends pas comment on a pu faire le choix d’abandonner la profondeur des personnages au profit d’une action qui n’existe de toute façon quasiment pas…
Pourtant quel potentiel dans cette belle histoire, la poésie de l’union des différences, de l’acceptation des êtres tels qu’ils sont, dans cette créature mystérieuse qui offre par sa présence la potentialité d’une compréhension et d’un amour universels, la magie échoue cependant alors qu’elle aurait pu nous mener vers des abysses poétiques…
Je suis restée sur ma faim, peut-être le livre offre-t’il la profondeur que le film n’a pas permis, je l’espère…
Le film reste d’une esthétique irréprochable et de ce point de vu il mérite d’être vu mais il y a un mais qui ne me semble pas justifier de fait tout ce bruit autour…

En vente ici en livre et là en DVD

Ecouter toute la musique que vous souhaitez gratuitement pendant 1 mois