Retour de lecture pour : Gallica tome 1 : le louvetier, Henri Loevenbruck
Livre n°1 du défi du PIF

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.

L’auteur :  Henri Loevenbruck est né en 1972 à Paris. Fils d’enseignants, il grandit dans le quartier de la Nation et hérite de ses parents d’une passion pour la culture anglo-saxonne. A 25 ans, après des études littéraires, il épouse d’ailleurs une Anglaise et part vivre avec elle en Angleterre puis ils reviennent en banlieue parisienne. Après quelques pas dans le journalisme et la musique, au milieu des années 90, amoureux des littératures de l’imaginaire, il fonde Science-Fiction Magazine avec Alain Névant, un ami d’enfance. Après avoir tenu le poste de rédacteur en chef de ce magazine pendant plusieurs années, il décide ensuite de se consacrer pleinement à l’écriture. Il partage aujourd’hui son temps entre les romans et les scénarios, avouant son penchant pour le thriller investigatif, la Fantasy et le roman d’aventure en général.

4e de couv : 1154 : imaginez une France de légende, nommée Gallica… Dans le comté de Tolsanne, on raconte que, pendant la nuit de la Saint-Jean, un jeune homme marcha dans les flammes pour sauver un loup du bûcher. Son nom était Bohem, le fils du louvetier
Quatre ans plus tard, sa vie bascule : son village et sa famille sont massacrés par de mystérieux guerriers. Terrorisé, il s’enfuit, traqué par des forces sanguinaires dont il ne sait rien. Sur les routes de Gallica, Bohem rencontre alors les Compagnons du Devoir, jeunes artisans qui parcourent le pays et dont l’étonnante fraternité lui vient en aide. En chemin, il apprend qu’il est devenu l’objet de toutes les convoitises politiques et religieuses du royaume. Il doit échapper au roi de Gallica, à la Milice du Christ et à un ennemi inconnu qui semble tout savoir de ses origines : le Sauvage. Face au danger, Bohem s’efforce de comprendre pourquoi on le pourchasse et découvre sa surprenante affinité avec les Brumes, ces créatures légendaires, ces licornes, ces loups que les hommes exterminent. Or Bohem le devine : son destin est caché dans le secret des loups.

Retour de lecture : Voici avec beaucoup de retard ma première lecture du PIF, il était temps d’avoir enfin commencé ce défi… Ah que ne ferais-je pas pour avoir le précieux don d’ubiquité ou des journées de 48h. ^^

Etant plus jeune, j’avais dévoré avec délectation la trilogie du même auteur La Moïra et, en quête de livres pour le PIF, j’ai eu l’occasion d’acquérir cette trilogie, c’est donc naturellement que j’avais très envie de la découvrir.

Pourtant au début, force est de constater que je me suis un peu ennuyée, le temps que l’intrigue se mette en place est assez long, long parce qu’il se conjugue à l’indécision de notre héros principal Bohem, à son chaos psychologique. Cet élément est tout à fait justifié par l’intrigue mais j’avoue avoir renâclé en ce début de trilogie au moins les 150 premières pages. Une fois que l’intrigue avance, le rythme s’accélère, les personnages abondent, les personnalités se complexifient rendant le tout bien plus entraînant.

Nous retrouvons dans ce tome le lien avec La Moïra, les pièces du puzzle se mettent en place et ouvre le chemin au deuxième tome, l’envie de continuer est là, c’est donc mission réussie pour ce premier tome malgré les lenteurs du début.

Pour qui aime Loevenbruck, toutes les recettes de son succès sont là, un héros charismatique, faible et fort à la fois, des personnages secondaires attachants, un jeu entre le fantatisque et l’historique qui nous donne au final un cocktail tellement convaincant qu’on en redemande, une valeur sure.

 Ma note est 15/20

Mes retours de lecture pour les tomes 2 et 3

En vente ici