Chronique issue de mon blog à visée ésotérique, spirituelle et de développement personnel. Les retours de lecture sont donc un peu différents des lectures plus classiques car ils ne s’arrêtent pas sur les mêmes éléments. Ils sont, en outre, tous hors notation.

Retour de lecture pour : Secrets ésotériques de la sculpture et de l’architecture, Jacky Kooken

Présentation de l’éditeur : Comprendre ce qui a été créé.
Cet essai a pour ambition de donner quelques notions de géobiologie en relation avec l’architecture et la sculpture : (étude du magnétisme cosmo-tellurique et des émissions dues aux ondes de formes). Il a aussi l’espoir d’expliciter les secrets ésotériques de la sculpture et de l’architecture.

L’ésotérisme de la sculpture et de l’architecture évoque l’émotion qui se dégage d’une statue ou d’un bâtiment tels qu’ils se présentent à nos sens. C’est une sensation qui fait appel autant au toucher qu’à l’intuition et au lâcher-prise qui élargit notre conscience en lui restituant les éléments de son arrière-plan invisible c’est-à-dire ses vibrations et la mémoire des murs.

En sculpture, c’est l’aspect vibratoire de la matière, l’énergie emmagasinée par la pierre pendant la taille et enfin les ondes de formes générées par la statue dans l’espace qui constituent son ésotérisme et donc l’aura d’une sculpture.


Informations contractuelles : 
Evidence Editions
ISBN : 979-10-348-0429-0
128 pages


Présentation de l’auteur : Jacky Kooken est sculpteur, commissaire d’exposition; lauréat de plusieurs prix; il travaille la pierre, le marbre et le granit en privilégiant la taille direct. il s’est initié aux secrets ésotériques de la sculpture auprès de compagnons tailleurs de pierre.Son parcours est pour le moins insolite : avant de s’engager totalement dans une carrière artistique, il fût jusqu’à 22 ans dompteur de fauves au côtés de son père.Il est l’auteur d’un essai : Secrets ésotériques de la sculpture et de l’architecture présenté en avril 2018 au Salon du Livre de Paris, et d’un roman autobiographique coécrit avec sa compagne Monique Ayoun « Le Paris de la Passion ».


Retour de lecture : 

Tout d’abord je remercie chaleureusement Babelio et Evidence Editions qui m’ont fait confiance en m’envoyant ce livre contre une critique libre et non rémunérée.

Je n’aime pas faire des critiques majoritairement négatives, habituellement je me contente de ne pas en parler mais je me suis engagée à faire un retour et je ne saurai travestir mon ressenti…

Dès le début, je dois bien l’avouer, on ne sait pas trop où l’auteur veut nous emmener et d’ailleurs à quel public s’adresse-t-il ? C’est confus, vague, on est en surface des choses, on effleure des concepts sans même bien indiquer de quoi il s’agit quand ça serait essentiel pour un public novice…

Le public averti se demande le pourquoi du comment, l’organisation est brouillon, des exemples sont pris à la volée, parfois justement, parfois de façon beaucoup plus arbitraire…

Si l’on entend bien que l’auteur a certaines connaissances et qu’il a l’enthousiasme de les partager, il n’y aucun cadre structuré pour les partager et peu de pédagogie… Il y a définitivement trop de raccourcis et les concepts ésotériques supportent mal d’être résumés grossièrement cela mène à des imprécisions voire à des confusions ou des inexactitudes… Il y a parfois des mélanges de concepts…

Je vais néanmoins ici essayer de tempérer mon avis, cet ouvrage est un essai, en voici la définition :

« En littérature, un essai est une œuvre de réflexion portant sur les sujets les plus divers et exposée de manière personnelle, voire subjective par l’auteur. Contrairement à l’étude, l’essai peut être polémique ou partisan. C’est un texte littéraire qui se prête bien à la réflexion philosophique, mais aussi à d’autres domaines : essais historiques, essais scientifiques, essais politiques, etc. L’auteur d’un essai est appelé « essayiste ». Le terme « essai » est dérivé du latin exagium, « juger, examiner, peser ». » [merci wikipédia]

En fonction de la définition donc, l’auteur est dans le ton… Par contre, m’est avis que les professionnels de l’ésotérisme n’y trouveront en aucun cas leur compte…

Au final, on a ici un essai peut-être davantage orienté vers des novices passionnés d’art (mais pas d’ésotérisme) avec le bémol de ne prendre cet ouvrage que comme une introduction subjective sur la thématique avec toutes les précautions que cela implique…

Je n’oublie cependant pas que cet ouvrage représente une somme certaine de travail et que l’on sent la bonne volonté de l’auteur malgré sa maladresse…
Le titre et la 4e de couverture desservent clairement cet essai, il n’y a ici aucun secret ésotérique, d’ailleurs, il est intéressant de remarquer dans la bibliographie que la très grande majorité des ouvrages cités traitent d’art et non d’ésotérisme…

Pour conclure, je salue la passion de l’auteur pour son art, je salue le travail que cet ouvrage lui a demandé mais en terme d’ésotérisme cet essai ne présente pas d’intérêt, il est n’est que le reflet émotionnel et passionnel de l’auteur, ce qui aurait été mieux appréhendé, je pense, avec un titre et une 4e de couv mieux adaptés.

Disponible ici

 

 

Publicité