Chronique issue de mon blog à visée ésotérique, spirituelle et de développement personnel. Les retours de lecture sont donc un peu différents des lectures plus classiques car ils ne s’arrêtent pas sur les mêmes éléments. Ils sont, en outre, tous hors notation.


Retour pour : Les Dieux qui unissent les chinois, le panthéon populaire, Jonathan Chamberlain


Retour de lecture : Tout d’abord je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Gope qui m’ont fait confiance en m’envoyant ce livre contre une critique libre et non rémunérée.

Voilà un livre très pédagogique. Si les systèmes de croyances chinois vous intéressent c’est le livre idéal pour comprendre comment fonctionne leur culte et découvrir le panel de leur déités.
Avec clarté et précision, l’auteur nous livre les correspondances symboliques, des nombres, des couleurs, des orientations et des caractères qui constituent la base de leurs croyances.

 « Pour comprendre la pensée chinoise, il faut en comprendre la symbolique. Bien qu’ils s’y réfèrent, peu de chinois la saisissent dans son intégralité. Parce que cette symbolique est d’importance, il est des experts dont la mission est d’en manipuler les éléments pour, dans une situation donnée, créer une atmosphère favorable. En les manipulant, ce sont en réalité les forces naturelles et surnaturelles qu’ils orientent de manière à obtenir  tel ou tel effet désiré.

En retraçant les bases historiques et philosophiques, l’auteur introduit tout d’abord le confucianisme et le taoïsme puis le bouddhisme et décrypte ce qui relève de la mythologie, de la religion, de pratiques ésotériques, de la superstition ou encore de la philosophie…

Il est très intéressant de découvrir les bases de la quête de l’immortalité, de l’alchimie et même de la sorcellerie chinoise et de retracer leur assimilation à une autre forme de croyance ou leur extinction pure et simple.

La relation aux morts est introduite puis vient le tour des déités ce qui fait de cet ouvrage, un livre finalement plus complet que son titre peut le laisser paraître.

Finalement l’auteur fait de l’harmonie la religion principale chinoise, tous les mouvements plus ou moins philosophiques et religieux servent ce but unique. L’intérêt principal de cet ouvrage est de mettre en lumière la façon dont le peuple créée et entretien ses croyances et les rites qui les accompagnent. Les dogmes chinois sont multiples et dépendent beaucoup des héritages ancestraux ou des modifications étatiques.

les dieux qui unissent les chinois 2

« Je dis que les chinois sont à la fois bouddhistes et taoïstes, mais je pourrais tout aussi bien dire qu’ils ne sont ni l’un ni l’autre, puisque, comme j’espère l’avoir déjà démontré, les origines de la religion chinoise remontent à des temps immémoriaux, antérieurs à l’arrivée de ces deux courants de pensées. L’une de ces origines est le culte des ancêtres, cette religion sans théologie qui reste fondamentale pour comprendre toute croyance intellectualisée professée par les Chinois.

Concernant la deuxième partie dédiée entièrement aux déités, je ne m’étendrais pas dans le détail mais il est passionnant de voir comment les mythes ont pris naissance qui dans des faits réels transformés avec le temps en légendes, qui dans des croyances qui elles-mêmes ont engendrées d’autres croyances…

En résumé, c’est un ouvrage à découvrir absolument si le sujet vous intéresse, c’est une mine d’informations fort bien documentée. L’auteur nous livre ici bien sûr sa vision des choses mais elle a le mérite d’être claire (ce qui n’empêche pas d’aller en découvrir d’autres par ailleurs bien sûr) pour les occidentaux que nous sommes et qui nous perdons si facilement dans les méandres des croyances chinoises. Je le recommande chaudement et vais le conserver bien précieusement dans ma bibliothèque.

Disponible ici

 


4e de couv. : Et si les trois grands systèmes de croyance de l’empire du Milieu – le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme – n’était en fait que les trois facettes d’une seule et même religion, c’est-à-dire la religion populaire chinoise ? C’est la thèse défendue par Jonathan Chamberlain, qui passe au crible quelques-unes des divinités les plus connues du gigantesque panthéon chinois et nous emmène dans un incroyable périple mythologique.

En plus des sages Confucius et Lao Tseu, une multitude de personnages hauts en couleur ont su trouver grâce auprès du peuple paysan pour finalement s’imposer, par leurs aventures rocambolesques ou leurs pouvoirs supposés, jusqu’au empereurs eux-mêmes. Du valeureux Guandi à la miséricordieuse Guanyin, en passant par l’irrévérencieux Roi Singe et le tout-puissant Empereur de jade, découvrez les personnalités cachées derrière ces visages tout à tour amusants, rassurants, troublants, voire effrayants. Illustré de reproductions de peintures sur verre représentant les principaux dieux, ce livre accompagnera le visiteur de temps occasionnel tout comme le passionné de culture chinoise.

les dieux qui unissent les chinois 3


Informations contractuelles :
Editeur : Editions Gope
ISBN : 978-2-953-355-387-1
224 pages


Présentation de l’auteur : Jonathan Chamberlain a obtenu un diplôme d’ethnologie à l’université de Sussex. Il a été enseignant pendant vingt-cinq ans à Hong Kong et il réside aujourd’hui à Brighton, au Royaume-Uni, où il se consacre à plein-temps à l’écriture. Il se décrit comme un romancier que la vie a pris en otage.