Retour de lecture pour : Animae Tome 2, 3  et 4 : la trace du coyote,  le cauchemar du chien et le rire de la hyène de Roxane Dambre

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.


Retour de lecture : 

Après avoir gobé le premier tome comme un bonbon, j’ai récidivé avec les suivants qui se lisent tout aussi vite et une fois n’est pas coutume je vais faire un seul article pour les trois tomes restants. J’estime, en effet, que je ne peux pas en dire vraiment suffisamment pour chaque tome sans me répéter et sans dévoiler l’intrigue pour les chroniquer indépendamment et puis aussi parce que je les ai lu tellement vite qu’ils forment un tout dans ma tête…

Dans ces tomes 2, 3 et 4, on retrouve toutes les qualités du premier tome, écriture fluide, humour, bestiaire, action. La légèreté est, elle aussi, toujours de mise même si certains passages sont plus sérieux et plus dramatiques. Loin de plomber l’ambiance, ça me paraît avoir été un choix judicieux pour continuer à accrocher le lecteur et le faire s’émouvoir pour ses protagonistes préférés. C’est appréciable et cela donne de la profondeur non seulement aux personnages mais aussi à l’intrigue.

Elle se releva et approcha une tablette métallique à roulettes. J’y aperçus une seringue et divers récipients, certains vides, d’autres pleins, ainsi que son petit calepin habituel, grand ouvert et couvert de notes. Je voulus gémir mais mon corps resta de marbre. Comment avais-je pu en arriver là, moi ? Comment avais-je pu ne me douter de rien ? Vivre avec les humains m’avait rendue moins sauvage et moins méfiante. A leurs côtés, mon instinct s’était endormi. Ma mère avait raison : la panthère s’était bel et bien transformée en chaton.

Si le premier volume mettait en place les protagonistes et les cadres d’action, d’un côté les services secrets et de l’autre les Daïerwolfs vs les Chalcrocs, les tomes suivants, quant à eux, sont tout en action. Les temps morts ne servent qu’à « réparer » les blesser et à préparer les futures batailles, entre les conflits entre humains et les conflits entre métamorphes ça bouge énormément et, une fois de plus, les pages se tournent sans voir le temps passer. De ce point de vue, c’est une réussite totale.

L’intrigue entre Daïerwolfs et Chalcrocs devient de plus en plus intéressante, leur univers est superbement construit et creusé, mention spéciale pour les différents niveaux de l’inconscient collectif. C’est également bien vu d’avoir des enquêtes croisées entre humains et métamorphes, cela autorise l’autrice à jouer avec nous, lecteurs. Soyons honnêtes toutefois, tout est assez prévisible mais ça passe très bien ainsi, car encore une fois c’est une lecture légère, pas une enquête d’Agatha Christie…

J’ai apprécié retrouver les personnages et leurs différentes personnalités, leurs complicités entre eux également, c’est un aspect que l’autrice sait particulièrement bien faire ressortir et mettre en valeur, les protagonistes n’en sont que plus attachants.
L’héroïne a gentiment gagné en maturité à partir du tome 2, on la voit évoluer face à des événements tragiques, c’est intéressant de la voir moins gaffeuse et plus pondérée, l’évolution est cohérente et s’intègre parfaitement à la trame que suit l’autrice d’autant plus qu’il s’est écoulé un an et demi entre les deux premiers volumes, pour les suivants la temporalité s’enchaîne à raisons de quelques jours d’intervalle seulement.

– Nous irons voir nos cinq suspects avec Rex, m’avait exposé mon homme alors que je terminais mon assiette. Si jamais l’un d’entre eux est notre tireur de feux d’artifice, Rex le découvrira en reniflant les odeurs de poudre.
– Moi aussi, je suis capable de renifler les odeurs de poudre, avais-je signalé. Je les ai même senties la première !
– C’est vrai, mais je refuse d’écrire dans mon rapport que ma jolie consultante a plus de flair que mon chien.

Je l’avais souligné dans le premier tome mais quel bonheur de voir évoluer l’amitié entre Lou et Camille, c’est relativement rare de trouver une amitié mixte aussi profonde et, ce, sans ambiguïté. C’est véritablement rafraîchissant !

Je ne vais pas re-détailler tout ce que j’avais pointé lors de la chronique du premier tome car ça ne serait que de la redite mais de nouvelles intriguent dans l’univers des métamorphes voient le jour de volume en volume avec de nouveaux personnages très intéressants et hauts en couleurs, et d’autres qui étaient plus effacés mais qui, au fil de la narration, prennent de l’importance. C’est vraiment bien construit. L’autrice sait parfaitement camper un personnage avec des particularités et des personnalités marquées, j’aime beaucoup cet aspect là, je l’avais également remarqué dans la saga Scorpi, encore une fois ici c’est une réussite.

Je ne vais pas m’attarder sur chaque personnage ce serait trop long et ennuyeux, autant pour vous que moi, mais je terminerai sur deux points que j’ai apprécié tout particulièrement, les méchants ne sont pas forcément que détestables, il y a des aspects d’eux que l’on peut aimer ou apprécier, l’autrice les construits en nuances, c’est à un plus à n’en pas douter…
Lou est l’héroïne de cette saga bien sûr, la narration est construite de son point de vue mais elle ne résout rien seule, elle n’est pas la plus forte, elle n’est pas la plus douée en tout et grâce à cela l’autrice nous propose un panel de personnages importants où chacun joue un rôle. Cette saga repose donc sur un groupe de personnalités plus que sur un héros majeur et on en vient à aimer plein de personnages plutôt qu’un ou deux, c’est assez rare considérant le peu de volumes et le peu de pages par volume et c’est une réussite parce que la résultante est une quadrilogie avec une forte richesse humaine… Son atout majeur avec le bestiaire selon moi.

Passons aux défauts, ici encore les mêmes que dans le premier volume, parfois tout va trop vite et surtout la fin, j’avoue que ça été le petit moment de frustration, je m’attendais à beaucoup plus de bagarre à la fin, plus de détails sur le boss final mais non…

Il y a aussi l’effet « plus c’est gros plus ça marche », j’avoue que j’ai bien ri à certaines actions où je me disais (surtout en ancienne parisienne que je suis) c’est pas possible… Mais vous savez quoi ? A mon grand étonnement, ce n’est pas grave, c’est secondaire parce que les personnages sont tellement attachants, parce qu’on a tellement envie de connaître la suite, parce que ce n’est pas une saga qui se prend au sérieux, on a tout simplement envie d’y croire… En tout cas, j’ai eu envie d’y croire, moi qui suis habituellement plus chiante sur ce genre de chose, ici c’est passé crème…

Petit bémol éditorial, même si le découpage est cohérent, je trouve que, vu la rapidité de lecture et la continuité au moins pour les trois derniers volumes, il aurait été plus intéressant pour le lecteur d’avoir la totalité en un seul livre ou tout du moins un coffret. Je peux comprendre le découpage pour la sortie du livre mais, à ce jour, rien de cela n’existe en version papier. Je me permets donc de vous conseiller d’acquérir la totalité de la saga pour ne pas trépigner de frustration, parce que quand je dis que ça se lit vite, ça se lit vraiment, vraiment très vite.

– Vous avez donc décidé de mettre au point une substance qui nous en couperait. J’ignore quel genre d’expérience vous avez mené sur eux, mais ça ne devait pas être joli joli.
Un sourire féroce lui traversa le visage.
– Nous leur retirions les parties du cerveau les unes après les autres et nous les mangions devant eux, gloussa-t-il. Sans anesthésie, mais sans les tuer non plus. Vous auriez dû voir l’expression dans leurs yeux, c’était grandiose.

Pour conclure, j’ai encore passé un excellent moment, cette quadrilogie est une réussite. L’autrice est douée pour construire des personnages aux identités marquées, elle sait très bien construire des bestiaires originaux et bien travaillés également. Les défauts de ce genre de lecture sont pardonnés par la légèreté ambiante de la saga et surtout par l’attachement que l’on développe pour les personnages. Je recommande vivement cette lecture quand vous avez besoin de lire quelque chose de plus drôle et de plus léger…
Il faut savoir que la bit-lit ce n’est pas vraiment mon truc habituellement, à part quelques exceptions, et si cette lecture réponds aux critères du genre, elle est également bien plus que cela grâce aux qualités mentionnées ci-dessus et c’est ce « cela » que je vous recommande de découvrir…
J’en profite également pour vous recommander la lecture de Scorpi, une autre saga de l’autrice tout aussi réussie…

Ma note finale pour la saga entière est donc de 16/20

Disponible ici

Pour aller plus loin…

4e de couv. : La série ANIMAE a été traduite aux Etats-Unis et a reçu le Prix des lecteurs 2015 de la librairie L’Antre-Monde, et la Plume d’Or 2015, catégorie Nouvelle Plume.

Animae T2

Tome 2 : Lou, 22 ans, travaille au département de Recherche sur l’Inexplicable de la DCRI, les services secrets français. Ses collègues lui reconnaissent un instinct stupéfiant pour différencier les coups montés du surnaturel. Bien entendu, aucun ne sait la vérité : même si elle a l’air d’une jolie blonde un peu fragile, la vraie nature de Lou est animale, elle se transforme à volonté. En panthère, de préférence. Alors évidemment, pour repérer les trucs bizarres (à part elle-même, s’entend), ça aide… Lou est fiancée au beau Capitaine Joshua et le dîner de présentation officiel arrive enfin. Elle est aux anges, jusqu’à ce qu’une mauvaise ombre vient gâcher la fin du repas : les révélations de sa mère vont ouvrir le bal des festivités et une série de rebondissements à n’en plus finir !

 

Animae T3Tome 3 : « Vous ai-je déjà parlé de mon talent pour me fourrer dans des situations invraisemblables ? Eh bien, ça se confirme. Il y a 48 heures une folle m’attachait sur une table de dissection, et voilà qu’aujourd’hui je découvre des Chalcrocs, nos ennemis ancestraux, en train de repérer les adresses parisiennes de tous ceux de mon peuple. Nous sommes en danger. Les plus faibles d’entre nous vont être évacués. Du coup, le jour, je bosse sur une de mes enquêtes étranges pour les services secrets, et la nuit, je pars en chasse ! Est-ce qu’un jour je pourrai passer une soirée tranquille avec mon fiancé ? Je mords le premier qui dit non ! »

Lou, 22 ans, vient d’être promue au sein du département de Recherche sur l’Inexplicable de la DCRI, les services secrets français. Ses équipiers, Arthur le hacker déjanté comme Isabelle la scientifique glacée, ne savent pas tout d’elle : même si elle a l’air d’une jolie blonde un peu fragile, la vraie nature de Lou est animale, elle se transforme à volonté. En panthère, de préférence. Le seul au courant est le beau Joshua, son fiancé-capitaine, autour duquel d’ailleurs tourne une nouvelle agente un peu trop jolie…

 

Animae T4

Tome 4 : Lou va devoir mener de front trois combats mémorables : d’un côté, comprendre pourquoi les plans d’une centrale nucléaire se baladent dans Paris ; de l’autre, protéger son peuple menacé par les manigances d’un mystérieux chef des Chalcrocs.
Et comme si cela ne suffisait pas… préparer son mariage !

 


L’autrice : Roxane Dambre, née en 1987, écrit depuis toujours. Si elle exerce un métier scientifique (ingénieur en procédés industriels), elle consacre tout son temps libre à l’écriture. Sa première série, ANIMAE, a été traduite aux États-Unis et a reçu le Prix des lecteurs 2015 de la librairie L’Antre-Monde, et la Plume d’Or 2015, catégorie Nouvelle Plume.


Des lectures similaires ? Je vous propose :

Ce dont rêvent les ombres de Hilda Alonso

Plaisir coupable de Laurelle K. Hamilton

La meute hurlante de Serge Brussolo