Voilà, toutes les bonnes choses ont une fin, le PIF est fini.

Petite aparté pour ceux qui ne sauraient pas ce que c’est : le Printemps de l’Imaginaire Francophone, PIF pour les intimes, est un défi de lecture qui a pour but de valoriser les auteurs francophones de l’imaginaire, ce challenge commence le 1er mars et se termine le 1er juin tous les ans.

Je vous laisse lire l’intégralité du défi et de ses conditions Ici.

Cette année, comme les précédentes, j’ai été ravie d’y participer, le groupe FB regroupe une jolie petite communauté fort sympathique avec qui il est agréable d’échanger.

Le PIF de cette année était particulier pour deux raisons :

  • La première était mon retour après ma grande pause blog de l’année dernière, 10 mois d’absence ça été long, trop long mais des soucis et une multiple entorse de la main droite (prenez soin de vos mains !!!) ne m’ont pas laissé faire comme je le souhaitais, le PIF était l’occasion rêvée de reprendre lectures et chroniques.
  • La seconde c’est le confinement et l’annulation de mes marchés professionnels dont les Heures Historiques de Sully-sur-Loire qui généralement m’empêchent d’avoir autant de temps que je le souhaiterais pour lire en loisir.

En début de PIF, j’avais donc tablé très modeste, je visais le rêveur invétéré (1 livre) en espérant atteindre le sorcier vagabond (3 livres) parce qu’à côté de ça j’avais toujours les lectures pro à tenir, les créations destinées aux médiévales, l’entreprise, etc. et puis, finalement, j’ai lu sept livres et j’ai donc validé le scientifique fou (6 livres)

A l’origine j’avais prévu la PAL suivante :
– La Passe-Miroir tome 4 : Le tempête des échos, Christelle Dabos
– Les Royaumes Crépusculaires (intégrale), Mathieu Gaborit
– Dans les veines, Morgane Caussarieu

Je dis bien à l’origine parce que Caussarieu a été une vraie révélation et il m’a absolument fallu en lire plus (merci Dieu des livres de faire que j’ai une pal de plus de 200 livres… ^^) et puis le service presse pour Les six Cauchemars m’a « obligé » à l’intercaler de même que son premier tome La Crécerelle… Ensuite, j’ai fait au feeling…

Ma PAL PIF 2020, c’est la liste suivante :

Dans les veines, Morgane Caussarieu
Ma première rencontre avec cette autrice, je vais clairement la suivre de très près, son premier roman n’est que l’ébauche de son talent. j’ai beaucoup aimé, je lui ai mis un 16/20.

La Crécerelle, Patrick Moran
Le premier roman de Moran, il a de grandes qualités et de gros défauts, il ne prend son relief qu’avec la lecture du deuxième tome. Je lui ai donné 12/20

Je suis ton ombre, Morgane Caussarieu
La suite de Dans les Veines et un véritable coup de coeur. Caussarieu, avec ce deuxième roman, montre l’étendu de son potentiel, c’est non seulement une révélation en Terreur française mais aussi en internationale parmi mes lectures, ce roman s’est hissé dans les Must Have, je lui ai mis la notation Coup de coeur bien sûr.

Les Six Cauchemars, Patrick Moran
La suite de La Crécerelle, un roman qui a corrigé les défauts du premier livre et qui prend son ampleur uniquement quand on lit les deux tomes. Les deux volumes offrent en effet une perspective et un travail qui se révèlent plus difficilement lus individuellement. Je lui ai mis un 14/20.

La Meute Hurlante T.1, Serge Brussolo
Brussolo est l’un des auteurs francophones les plus roublards et on aime. Ce roman, malgré quelques défauts, est une réussite de mélange des genres, d’audace et d’originalité. J’ai passé un excellent moment avec ce roman, je lui ai mis un 14/20.

La Meute Hurlante T.2 : le fils des loups, Serge Brussolo
Un deuxième tome différent du premier mais toujours efficace malgré quelques bémols, celui-ci brille par son traitement original de la psyché de la bestialité. C’est très regrettable qu’il n’y ait pas de suite. Je lui ai mis un 14/20.

La Voie du Sabre, Thomas Day
Le roman qui m’a le plus posé de problèmes pour ce PIF 2020… Que faire quand on a adoré 95% d’un roman mais que les 5% restants font polémique voire contredisent l’ensemble du message ? Il y a clairement dans ce roman un potentiel de fou mais le traitement du viol et des violences faites aux femmes est tellement dérangeant, chacun sa sensibilité mais pour ma part, il aurait pu avoir 16/20 (c’est vous dire si j’ai aimé), je ne lui cède que 14/20.

Voilà pour mon PIF 2020, je remercie Aline Wheeler pour l’organisation et tous les membres du PIF grâce à qui, chaque année, je découvre de nouveaux auteurs et de nouvelles pépites. Et je remercie tout spécialement Manon D’ombremont qui m’a conseillé Caussarieu et Poppy Z. Brite qui sont vraiment des coups de coeur.

Si vous hésitez à participer au PIF, foncez ! Si vous cherchez un groupe sympa avec une ambiance légère et des partages intéressants sur l’imaginaire francophone, foncez !!! ^^

Les bilans PIF des autres membres 😉
Aline
La Bulle D’Eleyna
L’Imaginaerum de Symphonie
Manon d’Ombremont
PatiVore