Retour de lecture pour : Le miroir aux vampire, Tome 1, Fabien Clavel

Certains de mes retours de lecture peuvent présenter des éléments d’intrigues.


Retour de lecture : 

Ceci est le quatrième livre lu dans le cadre du PIF 2019.

Ce roman présente son intrigue sous forme de récits personnels : le journal intime de léa, les lettres d’un émissaire vampire et le blog de Cerise. La forme est originale et nous permet de vivre l’intrigue de façon intimiste. Le début est un peu lent à se mettre en place et cela peut paraître un peu rébarbatif d’écouter les problématiques d’une adolescente lambda mais petit à petit le mystère s’installe et l’action prend plus d’ampleur… L’auteur a l’intelligence de la temporalité pour doser l’action et éviter des longueurs par trop handicapantes pour le récit…

Léa, si elle peut paraître ennuyante au début, prend consistance au fur et à mesure que l’intrigue se dévoile, de même pour l’énigmatique Nora. Hélas ces personnages ont beau être attachants, ils manquent désespérément de complexité dans ce tome, espérons qu’ils auront évolué dans le tome 2.

« Tout cela m’a presque donné envie de croire que les humains étaient enfin devenus une race évoluée. Mais, en les regardant vivre, j’ai pu me… rendre compte qu’il n’en était rien. Ces progrès techniques ne les ont pas transformés. Ils se comportent toujours comme des troupeaux de moutons, chacun copiant son voisin, l’imitant de son mieux, enviant ce qu’il possède. Leur inintelligence est désespérante. Ils ne méritent pas d’être traités autrement que du bétail.

Les lettres de l’émissaire vampire sont un pur régal, la façon dont il décrit les humains est acide et ajoute une touche d’humour bienvenue pour alléger le récit. L’air de rien, il permet d’installer petit à petit une critique de l’humain mais également de la société et même des idéologies extrémistes qui proposent une vision un peu trop uniformisée et standardisée de la vie.

Si le dénouement et la plupart des actions sont prévisibles il n’en reste pas moins que l’élément surnaturel est traité de façon original et cela suffit à garder l’intérêt de la lecture… C’est toujours compliqué de renouveler un mythe traité, retraité et sans cesse utilisé à toutes les sauces mais l’auteur a su donner un nouveau souffle aux vampires.

Le milieu scolaire qui sert de cadre à l’histoire est brillamment trouvé pour produire un effet d’enfermement cependant je pense que cela fait également partie de ce qui gêne le plus dans l’appréciation de ce premier tome… Même si le contraste créatures surnaturelles sans âge versus adolescents sert l’histoire, le traitement du quotidien futile et superficiel de jeunes adultes sans grande profondeur est assez agaçant et lassant, de mon point de vue du moins…

« L’humain a beau être un animal grégaire, incapable de survivre seul, il ne cesse de ne penser qu’à lui-même. C’est étrange de voir qu’une espèce aussi incohérente, aussi contradictoire ait pu, non seulement s’assurer l’hégémonie sur tous les autres animaux, mais encore la conserver.
Malgré mes recherches, je ne trouve toujours pas où réside la force de ces humains. Théoriquement, ils auraient dû disparaître depuis longtemps. »

Globalement donc un bon premier tome qui propose une intrigue originale dans un lieu tout à fait banal, le contraste offre un cadre parfait à l’ambiance proposée par l’auteur. Un manque de suspense et une trame un peu trop prévisible sont les seuls défaut de ce roman qui pour le moment est très prometteur par le traitement qu’il offre du mythe des vampires.

Ma note finale est donc de 14/20

Mes retours de lecture pour les tomes 2 et 3

Disponible ici

Pour aller plus loin…

4e de couv. : « Bérénice, Ça y est, j’ai fait ma dernière rentrée à Augustin-Thierry, en internat cette fois. Rien de changé dans ce lycée : Cerise la peste et ses sous-fifres qui font baver les garçons, un beau gosse qui se prend pour Brad Pitt et quelques nouveaux. Parmi eux, il y a Nora, avec qui je partage ma chambre. Il y a aussi Léo. Je ne l’avais pas remarqué au début mais je crois qu’en fait il me plaît bien. Mais ce n’est pas pour ça que je t’écris… Ecoute, Béré, il se passe des choses étranges dans ce bahut… On a incendié le foyer, je crois avoir une idée du responsable, mais je ne peux rien dire. Depuis, la sécurité a été renforcée et le lycée est en train de devenir une prison. Et moi, j’ai comme des apparitions, des sensations bizarres. Je t’ai parlé de Nora. Eh bien, je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose m’attire chez elle. Je ne me sens vraiment bien que lorsqu’elle est près de moi. Et ce n’est pas tout : il y a ce miroir dans notre chambre d’internat. Parfois, j’ai l’impression qu’il y a une connexion entre lui et moi. Tu crois que je suis vraiment dingue ? »


L’auteur : Fabien Clavel a suivi des études de Lettres Classiques et a commencé à écrire dès l’adolescence. Il a vécu en Hongrie entre 2007 et 2011, où il a enseigné le français et le latin au lycée français de Budapest, puis est revenu en France, où il donne des cours de français, de latin et de littérature et société au lycée Julie-Victoire Daubié d’Argenteuil.


Des lectures similaires ? Je vous propose :

Le secret de l’immortelle de Alma Katsu

Contrat sur un vampire de Garfield Reeves-Stevens

Le sang d’immortalité de Barbara Hambly